Hervé Zwirn, Physicien et philosophe

Biographie

Ancien élève de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, Hervé Zwirn est titulaire d’un Doctorat d’Etat en Physique Théorique. Après avoir enseigné à l’Université Paris Diderot, il est actuellement Directeur de Recherche au CNRS et dirige le Consortium de Valorisation Thématique Athéna, organisme en charge de la valorisation des recherches menées dans les laboratoires français de Sciences Humaines et Sociales. Il est également Président du Collège de Physique et de Philosophie. Ses thèmes principaux de recherche concernent les fondements de la physique quantique, la modélisation du raisonnement et les mathématiques des systèmes complexes. Il a publié de nombreux articles et plusieurs livres dont « Les limites de la connaissance » (Odile Jacob, 2000) couronné d'un prix par l'Académie des Sciences Morales et Politiques, « «Les systèmes complexes » (Odile Jacob, 2006), « Philosophie de la mécanique quantique » (J. Bricmont et H. Zwirn, Vuibert, 2009), « Qu’appelle-t-on aujourd’hui les sciences de la complexité ? » (G. Weisbuch et H. Zwirn, Vuibert, 2010) et « Le monde quantique » (B. d’Espagnat et H. Zwirn, Editions Matériologiques, 2014).


Thème : Simple et déterministe veut-il dire prédictible ?
Mercredi 30 novembre 2016, 9h–10h30 — Cnes Paris, DLA, Salle Vinci

Simple et déterministe veut-il dire prédictible ?

Il parait clair à tout le monde qu'un système physique soumis au hasard ou bien dont le comportement est régi par des règles extrêmement compliquées ne sera pas prédictible : connaître son comportement futur sera impossible. En revanche, il semble intuitivement qu'un système régi par un petit nombre de règles très simples et entièrement déterministes (c'est-à-dire pour lesquelles le hasard ne joue aucun rôle) aura un comportement qu'il sera possible de prédire assez facilement. De manière surprenante tel n'est pas le cas ! Il existe des systèmes simples et entièrement déterministes pour lesquels il est cependant impossible de prédire leur comportement.

Sujet à débattre : Pensez-vous qu'il soit toujours possible de comprendre intuitivement le fonctionnement d'une machine si elle est simple ?


Commentaires Afficher les commentaires


Jean-Christophe Baillie, Chef d'entreprise

Biographie

Ancien élève de Polytechnique, Jean-Christophe Baillie a démarré sa carrière dans la recherche fondamentale avant de devenir Chef d’entreprise. Il est aujourd'hui le Président de Novaquark, une société qui développe une technologie de MMO (massively multiplayer online game) single-shard de nouvelle génération. Ancien directeur Scientifique d'Aldebaran Robotics, en charge du laboratoire d’Intelligence Artificielle il aussi été le fondateur & CEO de Gostai, une société specialisée dans le software, le hardware et les applications pour la robotique. Il est le concepteur de la plateforme Urbi et du language urbiscript. Il a reçu le prix Pierre Faurre 2007 de la fondation de l'Ecole Polytechnique, le ACES Microsoft ICT Award en 2009, le Frost & Sullivan European ICT Emerging Company of the Year en 2011 et le prix Glavieux de la SEE/IEEE en 2013.


Thème : Civilisation et virtualité
Mardi 22 novembre 2016, 9h–10h30 — Cnes Toulouse, Salle Léonard de Vinci

Civilisation et virtualité

Les progrès dans la puissance des machines et les technologies de Cloud Computing rendent aujourd'hui envisageable la perspective de recréer un monde virtuel très réaliste, sans limite et dans lequel il est possible de rassembler des millions de participants libres d'interagir entre eux en temps réel. C'est le projet de Dual Universe, qui se situe dans un univers gigantesque constitué de millions de planètes, et dans lequel les participants disposent des outils pour reconstruire une civilisation: politique, économie, commerce, industrie et science, dont les sciences spatiales, sont modélisés afin de permettre l'émergence de structures sociales et économiques à grande échelle. Nous détaillerons le fonctionnement de certains de ces mécanismes, et illustrerons l'avancement du projet par une démo.

Sujet à débattre : Peut-on recréer une civilisation dans un monde virtuel ?


Commentaires Afficher les commentaires


Jean-Paul Delahaye, Professeur Emérite

Biographie

Jean-Paul Delahaye est Professeur émérite à l'Université de Lille 1 (Sciences et Technologies) et chercheur au laboratoire CRISTAL (Centre de recherche en informatique signal et automatique de Lille), du CNRS. Ses travaux portent sur les algorithmes de transformation de suites (Thèse d'Etat), sur l'utilisation de la logique en Intelligence artificielle, sur la théorie computationnelle des jeux et sur la théorie algorithmique de l'Information avec en particulier des applications à la finance. Il est l'auteur d'une quinzaine de livres, dont Merveilleux nombres premiers, Inventions Mathématiques, Culturomics : le numérique et la culture et Jeux finis et infinis. En 1998, il a reçu le Prix d'Alembert de la Société Mathématique de France et, en 1999, le Prix Auteur de la Culture Scientifique du Ministère de l'Education Nationale et de la Recherche. Il tient la rubrique mensuelle "Logique et calcul" dans la revue Pour la science.


Thème : Stratégie pour la coopération
Lundi 21 novembre 2016, 8h30–10h — Cnes Toulouse, Salle Léonard de Vinci

Stratégie pour la coopération

La théorie de jeux permet l'étude des jeux coopératifs et produit des résultats précis et souvent étonnants. Le « dilemme des prisonniers » est un modèle simple qui conduit à la fois à des résultats théoriques inattendus (considérés parfois comme paradoxaux), mais aussi dont les outils de simulation informatique mènent à l'identification et à la sélection de stratégies efficaces de collaboration, dont le fameux « donnant-donnant » . On tire des ces études des leçons pratiques, c'est-à-dire des conseils pour bien interagir face à un partenaire inconnu avec lequel on doit choisir s'il faut lui faire confiance ou au contraire agir avec prudence et méfiance.

Sujet à débattre : Comment réussir une nouvelle collaboration ?


Commentaires Afficher les commentaires


Nicolas Gauvrit, Chercheur en psychologie

Biographie

Nicolas Gauvrit a une triple formation en mathématiques (Ecole Normale Supérieure de Lyon), en psychologie (Université Paris-Saint-Denis) et en sciences cognitives (Ecole Polytechnique/Ecole des Hautes Etudes en Sciences Cognitives). Il poursuit des recherches sur le raisonnement humain à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris. Il est membre de la Société Française de Statistique et de l’Association Française pour l’Information Scientifique. Il est l’auteur d’une centaine d’articles et de 12 ouvrages de diffusion scientifique. Il s’est exprimé dans divers médias ces dernières années sur l’utilisation de la statistique, les différences hommes-femmes, le raisonnement et l’intelligence (France Culture, France Inter, Europe 1, Le Monde, Slate, Pour la Science, National Geographic...).


Thème : Notre perception du hasard
Jeudi 17 novembre 2016, 8h30 –10h — Cnes Toulouse, Salle Léonard de Vinci

Notre perception du hasard

Reconnaître le hasard et déterminer ses lois sont des problèmes mathématiques complexes. Pourtant, nous avons tous une idée intuitive de ce qu’est le hasard, une capacité à percevoir les événements qui, parce qu’ils s’éloignent du hasard, trahissent une volonté ou une nécessité. Si cette capacité nous permet de découvrir les lois de la nature et forme la base même de la statistique, elle est souvent trompeuse, nous laissant voir des « lois » qui n’existent pas et nous poussant à adopter des comportements irrationnels. Notre vision faussée du hasard peut nous convaincre que la télépathie existe, que la pleine lune favorise les naissances ou nous rendre paranoïaque. Nous trouvons parfois stupéfiants des événements que les probabilités expliquent pourtant fort bien. Grâce à la théorie « bayésienne » en psychologie, on comprend aujourd’hui mieux d’où proviennent ces erreurs : l’homme est un animal probabiliste efficace, mais limité.

Sujet à débattre : Peut-on se fier à notre intuition pour prendre des décisions ?


Commentaires Afficher les commentaires


Roland Lehoucq, Chercheur en astrophysique

Biographie

Roland Lehoucq est astrophysicien et travaille au CEA de Saclay, plus particulièrement sur le thème de la topologie cosmique. Il est agrégé de physique et ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. Il est professeur d'Humanités scientifiques à Sciences Po Paris depuis 2015. Il est professeur à l'École polytechnique pour les cours de relativité restreinte et de physique nucléaire. Roland Lehoucq prend prétexte de la Science-Fiction pour expliquer et pratiquer les sciences. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Faire des sciences avec Star Wars. Il est également chroniqueur pour la revue de science-fiction Bifrost et tient la rubrique « Science et Fiction » du magazine Pour la Science. Il est le Président des Utopiales, Festival international de Science-Fiction. Il a écrit de très nombreux articles de vulgarisation dans toutes les revues scientifiques destinées au grand public et donne une cinquantaine de conférences par an. Il a aussi publié ou participé à 26 ouvrages et collaboré à plusieurs expositions à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris), Palais de la Découverte (Paris) et à la Cité de l’Espace (Toulouse). En 2004, lui a été décerné le prix Jean-Perrin de la Société Française de Physique. En 2008 il reçoit le prix SF2A/ACO de la diffusion scientifique en astronomie. En 2010 le Prix Diderot-Curien de l'AMCSTI (Association des musées et centres pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle) lui est remis. Enfin, il a été nommé au grade de chevalier des Palmes Académiques en janvier 2014.


Thème : Le voyage interstellaire
Mardi 15 novembre 2016, 9h–10h30 — Cnes Paris, Siège, Salle Espace

Le voyage interstellaire

Avec Interstellar, l’occasion est trop belle de revenir sur ce qui est probablement l’un des plus grands thèmes de la science-fiction : le voyage interstellaire. Pour les scientifiques, ce voyage est « pensable » à défaut d’être rapidement réalisable. Le président des Utopiales se penche sur la question. Bienvenue à bord de notre grand vaisseau !

Sujet à débattre : La science-fiction peut-elle contribuer à l'avancement des sciences ?


Commentaires Afficher les commentaires